أنا أؤمن بأنه توجـد عدالة سماويّة, وأن جميع ما يُصيبنا في الحياةِ الدنيا من مُنغصات انَّ هـو الاّ جـزاءٌ وفاق لِما أجترحناه في أدوارنا السابقة من آثـامٍ وشـرور.ولهـذا يجب علينا أن نستقبلَ كلّ مـا يحـلّ بنـا من آلامِ الحياةِ ومآسيها غير مُتبرّمين ولا متذمّرين , بل قانعين بعدالةِ السماء ونُظمها السامية.

Highlighter
أحبُّ الكُتُبَ حبَّ السُكارى للخمر , لكنَّني كلَّما أزددتُ منها شرباً, زادتني صَحوا
ليس مّنْ يكتُبُ للهو كمَن يكتُبُ للحقيقة
الجمالُ والعفّــة فـردوسٌ سماويّ .
لا معنى لحياةِ ألأنسان اذا لم يقم بعملٍ انسانيٍّ جليل .
اعمل الخير , وأعضد المساكين , تحصل على السعادة .
من العارِ أن تموتَ قبل أن تقـوم بأعمالِ الخير نحـو ألأنسانيّة .
الموتُ يقظةٌ جميلة ينشُدها كل مَنْ صَفَتْ نفسه وطَهرت روحه , ويخافها كلّ من ثقُلت أفكاره وزادت أوزاره .
ان أجسامنا الماديّة ستمتدّ اليها يـد ألأقـدار فتحطِّمها , ثمّ تعمل فيها أنامل الدهـر فتتَّغير معالمها , وتجعلها مهزلةً مرذولة . أمّا ألأعمال الصالحة وألأتجاهات النبيلة السّامية , فهي هي التي يتنسَّم ملائكة اللّه عبيرها الخالد .
نأتي إلى هذا العالمِ باكين مُعولين، و نغادره باكين مُعولين! فواهً لك يا عالمَ البكاء والعويل!
جميعنا مُغترٌّ مخدوعٌ ببعضه البعض.
العدلُ كلمة خُرافية مُضحكة.
أمجادُ هذا العالم وهمٌ باطل، و لونٌ حائل، و ظلٌّ زائل.
لا باركَ الله في تلك الساعة التي فتحتُ فيها عينيّ فإذا بي في مكانٍ يطلقون عليه اسم العالم .
أنا غريبٌ في هذا العالم، و كم احنُّ إلى تلك الساعة التي اعود فيها إلى وطني الحقيقيّ.
الحياةُ سفينةٌ عظيمة رائعة تمخرُ في بحرٍ، ماؤه الآثام البشريَّة الطافحة، و امواجه شهواتهم البهيميَّة الطامحة، و شطآنه نهايتهم المؤلمة الصادعة.
كلّنا ذلك الذئبُ المُفترس , يردع غيره عن اتيانِ الموبقاتِ وهو زعيمها وحامل لوائها , المُقوّض لصروح الفضيلة , ورافع أساس بناءِ الرذيلة .
الحياةُ سلسلة اضطراباتٍ وأهوال , والمرءُ يتقلَّب في أعماقها , حتى يأتيه داعي الموت, فيذهب الى المجهولِ الرهيب , وهو يجهلُ موته , كما كان يجهلُ حياته .
من العارِ أن تموتَ قبل أن تقومَ بأعمالِ الخير نحو الانسانيّة .
المالُ ميزان الشرِّ في هذا العالم .
السعادةُ ليست في المال , ولكن في هدوءِ البال .
كلُّ شيءٍ عظيمٍ في النفسِ العظيمة , أمّا في النفسِ الحقيرة فكلُّ شيءٍ حقير .
الرُّوح نسمةٌ يُرسلها الخالق لخلائقه لأجل , ثم تعودُ اليه بعجل .
الرُّوح نفثةٌ الهيَّة تحتلُّ الخلائق , وكل منها للعودة الى خالقها تائق .
الرُّوح سرٌّ الهيٌّ موصَدْ لا يعرفه الاّ خالق الأرواح بارادته , فمنه أتتْ واليه تعود .
أنا أؤمن بأنه توجـد عدالةٌ سماويّة , وأنَّ جميع ما يُصيبنا في الحياةِ الدُّنيا من مُنغِّصاتٍ وأكدارٍ انَّ هـو الاَّ جـزاء وفاق لمِا أجترحناه في أدوارنا السابقة من آثـامٍ وشـرور . ولهـذا يجب علينا أن نستقبل كلَّ مـا يحـلُّ بنـا من آلام الحياة ومآسيها غير م
الحرّيةُ منحة من السماءِ لأبناءِ ألأرض .
الموتُ ملاكُ رحمةٍ سماويّ يعطف على البشر المُتألّمين , وبلمسةٍ سحريّة من أنامله اللطيفة يُنيلهم الهناء العلويّ .
ما أنقى من يتغلّب على ميولِ جسده الوضيع الفاني , ويتبع ما تُريده الرُّوح النقيّة .
ما أبعدَ الطريق التي قطعتها سفينتي دون أن تبلغَ مرفأ السلام ومحطَّ الأماني والأحلام .
الراحة التامّة مفقودة في هذا العالم , وكيفما بحثت عنها فأنت عائدٌ منها بصفقةِ الخاسر المَغبون .
ليس أللّــه مع الظالم بل مع الحقّ.
ان الصديق الحقيقي لا وجود له في هذا العالم الكاذب.
ما أكثر القائلين بالعطف على البائسين وغوث الملهوفين والحنو على القانطين , وما أقلَّ تنفيذهم القول.
يظنُّ بعض ألأنذال ألأدنياء أنّهم يُبيّضون صحائفهم بتسويدِ صحائف الأبرياء , غير عالمين بأنَّ الدوائر ستدور عليهم وتُشهّرهم.
ما أبعدَ الطريق التي قطعتها سفينتي دون أن تبلغَ مرفأ السَّلام ومحطَّ الأماني والأحلام .
رهبة المجهول شقاء للبشرِ الجاهلين للأسرارِ الروحيَّة , وسعادة للذين تكشّفت لهم الحقائق السماويَّة .
الموتُ نهاية كل حيّ , ولكنه فترة انتقال : امّا الى نعيم , وامّا الى جحيم .
الحياةُ خير معلِّمٍ ومُؤدِّب , وخيرَ واقٍ للمرءِ من الأنزلاقِ الى مهاوي الحضيض .
حين تشكُّ بأقربِ المُقرَّبين اليك تبدأ في فهمِ حقائق هذا الكون .
مَنْ يكون ذلك القدّيس الذي لم تخطرُ المرأة في باله ؟ لو وجدَ هذا لشبَّهته بالآلهة .
المرأة هي إله هذه الأرض الواسع السُّلطان. و هي تحملُ بيدها سيفاً قاطعاً لو حاولَ رجالُ الأرض قاطبةً انتزاعه منها لباؤوا بالفشلِ و الخذلان .

 

prodiges 

GHAZI BRAX

   

PRODIGES DU DOCTEUR DAHESH


ET

 

L'UNITE DES RELIGIONS

 

 

Traduction


de

 

MARIE HADAD

 

 

Conférence faite à l'Assembly Hall de l'Université

Américaine de Beyrouth, le 12 Mai, 1970.

 

A l'occasion de cette conférence, « LA LIGUE DE LA FRATERNITE SPIRITUELLE » a publié la °convocation ci-dessous

- Ceux qui souffrent de la tragique angoisse de ce siècle.

 

- Ceux qui sont tourmentés, inquiets par suite des possibi­lités pour l'homme d'explorer l'espace avec une science précise et rigoureuse, alors qu'il est encore impuissant à explorer son âme afin d'y répandre la paix et le bonheur.

 

- Ceux qui sont alarmés par le déchirement des humains, hésitant entre la foi et l'athéisme, et poursuivant sans espoir une vérité toujours fuyante.

 

- Ceux qui croient que tout édifice social ne peut être affermi que s'il est édifié sur des bases saines et solides.

 

- Ceux qui aspirent à former une société meilleure et rê­vent de l'Homme Sauveur de ,l'avenir.

 

- Ceux dont les mains ne tremblent point en saisissant la vérité, et dont les paupières ne frémissent point en con­templant son éclat.

 

- Ceux qui éprouvent du dégoût pour les vendeurs de paroles, les marchands d'immoralité, de divisions et de dissolution.

 

- Tous ceux là sont conviés par «LA LIGUE DE LA FRATERNITÉ SPIRITUELLE» des universitaires pour écouter la conférence de Mr. Ghazi Brax traitant

 

«DÉS PRODIGES DU DOCTEUR DAHESH ET DÉ L'UNITÉ DÉS RELIGIONS».

Conférence interprétant et élucidant les miracles de l'Homme qui est devenu l'énigme du 20ème Siècle.

 


PRÉSENTATION DU CONFERENCIER

par Mr Moussa Maalouf

 

Chers Auditeurs,

 

Notre conférencier a vraiment saisi et pénétré les vérités spirituelles. Il les a étayées sur la science et la logique.

Il a de même pénétré les profondeurs de son propre esprit au contact de la vivifiante lumière de la vérité.

 

Bénie soit la science spirituelle attaquée et reniée à travers les âges mais éternellement vivante afin que le souffle de la vie triomphe de la mort.

 

De son premier recueil poétique « Dieu, le Monde et Moi jusqu'à « L'Annonciateur et l'Avertisseur » et sa thèse psy­chologique sur le génial Libanais Gibran Khalil Gibran, Ghazi Brax s'élève, telle la voix qui crie dans le désert de la vie. C'est un poète inspiré, un Maître dans les sciences spi­rituelles, un critique psychologique.

 

Pour renforcer son message humanitaire il a voulu boire l'élixir de la divine sagesse par l'entremise des prodiges du DOCTEUR DAHESH.

 

Le temps n'est-il pas déjà venu de ressusciter le Lazare de ce siècle matérialiste, de le réveiller de la tombe de l'athé­isme afin de renouveler les Noces de Cana, au nom de la raison et de la révélation ?

 

Dans le temple des connaissances universitaires veuillez cher confrère, nous dévoiler quelque chose des mystérieux tré­sors du DOCTEUR DAHESH.

 

Veuillez dans ce siècle spatial enseigner ce qu'ont renié les aveugles et les sourds, marchands de consciences 'ténébreuses qui ne veulent ni vois ni entendre.

 

Et lorsqu'arrivera demain la fête de la Moisson, les yeux et les oreilles de ceux qui ne voulaient ni voir ni entendre se souviendront de la voix qui publiait les révélations et les enseignements DAHESHISTEs entremêlés au cours des divines saisons de la lumière au son de la guithare prophétique.

 

CONFERENCE


DE


GHAZI BRAX

 

Cette conférence n'a point pour objet un divertissement ou un passe-temps. Il nous suffit de ce que provoquent les vains amusements de la vie en conséquences néfastes pour l'humanité. Je l'ai voulue chargée du tonnerre de l'Esprit, amalgamée avec les flammes de la Foi, étayée sur des preuves rigoureuses.

 

Je viens à vous avec une nourriture que les hommes n'ont point goûtée depuis deux mille ans. Une nourriture qui sera une manne céleste pour les uns, et un poison mortel pour les autres. Par cette manne nombreux sont ceux qui s'éveil­leront et s'affermiront, tandis que d'autres seront confondus. Mais la vie ascendante ne tient compte parmi ses fils que des forts et des purs. A eux seuls elle remet les rênes.

 

Lorsque la « Ligue de la Fraternité Spirituelle » des doctes universitaires m'invita à donner cette conférence, à parler des prodiges du « DOCTEUR DAHESH et de l'Unité des Religions », la gravité du sujet m'a vivement impressionné.

 

D'un côté un Homme dont la personnalité s'élève et dépasse les limites de la terre depuis environ un demi siècle, et dont le halo s'affermit et s'amplifie.

 

Les gens s'interrogent à son sujet, se faisant de lui des opi­nions contradictoires; il est l'objet d'attaques injustifiées qui s'intensifient par suite du bruit fait autour de sa réputation toujours grandissante.

 

Rien ne touche cet Homme, comme s'il était une citadelle point édifiée de mains d'hommes. Les attaques et les accu­sations ne peuvent atteindre ses remparts. Les regards d'orgueil et de défi se détournent humiliés de ses hauteurs.

 

Et d'un autre côté une importance grandissante est donnée à l'unité des religions et au destin de l'Esprit et de l'hom­me. Un intérêt général enveloppe le monde atteignant le Vatican, l'Amérique, Athènes, et jusques le Liban, au point qu'il apparaît aux observateurs que l'unité des religions est d'une nécessité pressante et qu'elle s'est insérée comme une chose essentielle et d'actualité mondiale dans la voie cultu­relle et sociale.

 

Mais deux motifs m'ont poussé à prendre d'assaut l'affaire malgré la gravité du sujet : le Ier de ces motifs était que la conférence eût lieu dans l'un des auditorium de l'Université Américaine, foyer et refuge de la pensée libre et hardie au Liban. Le 2ème que cette conférence, et la date en laquelle elle serait donnée, fassent partie des prodiges du DOCTEUR DAHESH.

 

Après que la Ligue de la Fraternité Spirituelle m'eût informé que les directeurs, d'accord avec les Conseils des étudiants, avaient fixé le 12 Mai comme étant la date désignée pour la conférence, je cherchai dans les documents disponibles Dahéchistes. Je fus bouleversé quand je vis dans quelques jour­naux remontant à 1942 que la première conférence au sujet du Dahéchisme avait été donnée en cette même date le 12 Mai (il y avait de cela 28 ans) par le premier croyant DAHESHISTE, l'écrivain Youssef El Hage, père du professeur Kamal El Hage. J'avais à peine mis le DOCTEUR DAHESH au courant de cette coïncidence extraordinaire que je n'ai point considéré comme un pur hasard mais comme un dessein spirituel, quand le DOCTEUR DAHESH me communiqua un fait plus étrange encore. C'était l'une de ses propres prophéties écrite de la main de feu Halim Dammous, (écrivain des chroniques DAHESHISTEs et grand poète Zahliote), il y avait de cela 28 ans.

 

Au cours des récits journaliers DAHESHISTEs qui datent de l'année 1942, la prophétie disait que moi (Ghazi Brax) ie donnerai une conférence au sujet des prodiges du DOCTEUR DAHESH en cette même date et à l'Université Américaine. Le jour où Halim Dammous écrivit cette pro­phétie de sa main j'avais 6 ans; je n'avais point entendu le mot «DAHESHisme » et je ne devais l'entendre que 20 ans plus tard.

Tout homme d'une culture scientifique authentique sait, comme je le sais moi-même, que le monde est régi par des lois naturelles immuables.

 

La loi du mouvement cosmique, celle de l'attraction univer­selle, celle de la relativité, celle de la conservation de l'éner­gie et tant d'autres lois qui existent dans le cosmos depuis le commencement des temps.

 

Tout ce que peut faire la raison humaine est de soulever graduellement le voile qui masque ces lois.

 

Mais la volonté humaine quelle qu'elle soit ne peut outre­passer les lois de la nature. Ceci est une vérité scientifique que confirme le grand physicien Max Plank (détenteur du Prix Nobel), comme la confirment tous les autres savants. Les lois de la Nature ne se plient point à notre volonté; elles existaient dès avant l'apparition de la vie sur la terre et elles demeureront après son anéantissement.

 

Mais malgré ma conviction scientifique, du fait que la volonté humaine se plie aux lois naturelles et l'impossibilité de l'existence d'aucun homme pouvant les défier, j'ai eu l'occasion alors que je fréquentais le DOCTEUR DAHESH (durant 7 années), de constater des dizaines de fois que les lois de la nature étaient transgressées par lui d'une manière évidente. `Cela m'a poussé à de sérieuses recherches, à de longues vérifications. Je n'ai point négligé en ce temps aucun livre important traitant de ces choses extraordinaires, soit qu'il se trouva à Moscou, à Washington ou à Paris...

 

J'ai vu de mes yeux et j'ai touché du doigt des dizaines de miracles réalisés devant moi par cet homme étonnant.

 

Ces miracles laissent des indices matériels qui demeurent, ce qui fait que des personnes (qui ne connaissent pas le DOCTEUR DAHESH) lorsqu'elles les voient, sont pleine­ment convaincues de leur authenticité.

 

Je ne me contentai point de cela. Je me mis en contact avec un grand nombre de personnes qui comme moi avaient vu ses prodiges. J'entendis par elles le récit des faits qu'elles avaient vus; je le comparais au récit d'autres témoins.

 

Puis je mis les faits ainsi réunis à l'épreuve de toutes les sciences physiques, et face à la religion et à la logique. Et de tout ceci je tirai les conclusions suivantes. A savoir

 

Premièrement. -- Ce qui se réalise par l'entremise du DOC­TEUR DAHESH est l'accomplissement de prodiges cer­tains, qui ne peuvent être classés parmi les jeux de prestidi­gitations ou attribués à la Suggestion, à la Magie, au Faki­risme, à l'Évocation des Esprits ou à l'Hypnotisme.

 

Le DOCTEUR DAHESH n'accomplit point ces prodiges par sa seule volonté, car sa volonté semblable à la volonté de tout homme est assujettie aux lois de la planète où il est né. Mais c'est une Force spirituelle extra terrestre qui les réalise. Elle n'est point assujettie aux lois de notre monde parce qu'elle lui est transcendante.

 

Le DOCTEUR DAHESH peut être considéré comme un médiateur spirituel autant qu'un vase d'élection.

 

Deuxièmement. -- Ce qui â provoqué les manifestations de l'Esprit et la réalisation de prodiges en ce siècle, c'est la condition tragique d'un monde malheureux et la nécessité

pour lui d'un Sauveur. Le but est purement spirituel; je veux dire une régénération, une renaissance, la confirma­tion de l'existence de l'Esprit, de son immortalité, de l'exis­tence de Dieu,, de la Récompense et du Châtiment, avec des preuves matérielles, irréfutables, nécessaires à notre temps matérialiste.

 

Troisièmement. - L'Unification des Religions dans sa signi­fication claire et profonde, le retour à la foi pure et véritable, une vie vertueuse et juste, telles sont les conséquences iné­vitables des miracles de l'Esprit, et le besoin essentiel de l'homme en ce siècle.

 

Quant à ces trois points, je les analyserai successivement en les étayant sur des arguments péremptoires.

 
 

I

 

MIRACLES DU DOCTEUR DAHESH

 

Avant d'attaquer ce sujet, il est nécessaire de commencer par trois remarques qui l'expliquent et l'éclairent

 

a) Ceux qui ont vu et qui ont témoigné en faveur de ces prodiges, avant moi et avec moi, étaient pour la plupart des personnes très cultivées, Parfaitement éclairées. Parmi elles se trouvaient des médecins, des ingénieurs, des journa­listes, des professeurs d'université, des évêques, des prélats, des juges, des avocats, un grand nombre de députés, des ministres, des gens ayant de hautes situations, et une large expérience de la vie, tous ont témoigné que ce qu'ils avaient vu était la vérité objective certaine, indéniable, même si leurs interprétations de ces, phénomènes prodigieux diffé­raient en certains points.

 

b) Un grand nombre de ces témoins, lorsque leur foi se fut affirmée à la manière de celle de Thomas, lorsque l'éclat de la vérité DAHESHISTE illumina leurs âmes, crurent en la mission du DOCTEUR DAHESH et ne reculèrent devant aucun sacrifice. Ils endurèrent les persécutions, les souffrances et les désagréments de toutes sortes par l'inter­médiaire même de leurs parents.

 

Quant à la femme de lettres, peintre et écrivain connu Mme Marie Chiha Hadad, elle eut beaucoup à souffrir de la part de sa soeur Laure épouse de Béchara El Khouri, alors président de la République Libanaise; elle la fit em­prisonner sous le prétexte de la soustraire à l'influence DAHESHISTE... mais comme elle s'obstinait dans ses convictions, sa soeur la déclara atteinte de folie et la fit enlever et enfermer à l'hôpital des maladies mentales; mais on fut bientôt dans l'obligation de lui rendre sa liberté et elle rentra chez elle inflexible dans sa foi saine et sauve de ce traquenard. Elle reprit le cours de ses occupations et la fréquentation du DOCTEUR DAHESH. Elle est encore vivante. Sa soeur et son beau-frère l'ancien président sont morts il y a longtemps.

 

Pour Georges Hadad son mari, à peine s'était-il attaché à la foi DAHESHISTE qu'il renonça aux avantages d'une belle situa­tion. Ses Croyances lui causèrent de longs séjours dans les prisons. Il avait vu de nombreux prodiges. L'enseignement spirituel lui avait donné la foi en Dieu et en l'immortalité de l'âme et sa vie devait être conforme à ses principes.

 

Le docteur Georges Khabsa (médecin universellement con­nu comme spécialiste des maladies de la peau) renonça à sa chaire de professeur à la faculté française de médecine et démissionna pour protester au sujet d'un article publié par le Béchir (Journal jésuitique) contre le DOCTEUR DAHESH en 1942.

 

Le docteur Farid Abou sleiman démissionna de son poste comme médecin légal du gouvernement après qu'on lui eût proposé de doubler ses appointements à la condition qu'il renoncerait à sa foi DAHESHISTE.

 

Le poète Halim Dammous demeura plus d'un an en prison pour sa ténacité dans sa foi (Le séjour dans les prisons de Beyrouth est infernal). Halim s'élevait contre les vanités du monde et prêchait la vérité DAHESHISTE.

 

L'ancien procureur général de la Ville de Beyrouth, Dimitri Hayek fut dans l'obligation de renoncer à son poste de Pro­cureur Général après qu'il eut refusé de porter un faux témoignage contre le DOCTEUR DAHESH. Il avait vu un grand nombre de prodiges et croyait en sa mission.

 

Il n'est point nécessaire d'énumérer ici les noms de ceux qui ont tout sacrifié à la cause de la nouvelle mission spirituelle et je ne vous dirai rien de moi-même et de tout ce que j'ai enduré, mon histoire serait longue.

 

Serait-il raisonnable de penser que tous ceux-là dont je parle aient été durant des dizaines d'années victimes de leur ima­gination ? Renonceraient-ils à de hautes situations, à leur fortune, à une vie paisible, aux amis qu'ils délaissent pré­férant les épreuves, les désagréments pour un objet fictif ?

 

Non, mille fois non. Si la vérité n'était point éclatante, ils n'auraient point témoigné pour elle ! S'ils ne l'avaient touché du doigt, s'ils ne l'avaient vérifié avec leur intelli­gence et choisi ce qui est supérieur aux biens de ce monde; ils n'auraient point sans aucun regret abandonné avantages et profits.

 

c) Les prodiges qui ont eu lieu et ceux qui se réalisent encore par l'intermédiaire du DOCTEUR DAHESH ne sont point d'un seul genre ou même d'une dizaine de genres... mais plutôt d'une centaine de genres concernant les hom­mes, les animaux, les plantes, les objets inanimés.

 

Ces prodiges sont matériels, palpables, pouvant être soumis à l'épreuve du temps et à toutes sortes d'épreuves, fixés dans les photographies.

 

Celui qui jette un regard sur l'ensemble de ces prodiges peut immédiatement juger de leur grandeur miraculeuse, et il y en a d'innombrables en tous genres.

 

On doit donc s'incliner et rendre hommage à la puissante Force spirituelle qui les a accomplis. Et si l'on devait les enregistrer tous, il faudrait de nombreux volumes pour les contenir.

Parmi les prodige; qui se sont accomplis et qui s'accomplis­sent encore par l'intermédiaire du DOCTEUR DAHESH et la force de l'Esprit, je cite quelques exemples Guérisons instantanées de maladies incurables. Photos instantanées des événements de la vie passée.

 

Relation écrite mot à mot des conversations les plus se­crètes et quel qu'en soit. le lieu avec une extrême précision.

 

Prophéties avec le détail des événements à venir quelles qu'en soient leurs complications et leur manière de se dérouler.

 

Connaissance de la pensée, des rêves.

 

L e fait de parler dans n'importe quelle langue.

 

Le fait de donner la vie à un animal mort; à un objet inanimé.

Anéantissement d'objets par le feu et leur retour à l'existence.

 

Evolution et croissance de plantes dans le temps d'un clin d'oeil.

 

Changement de formes et de couleurs d'objets.

 

Agrandissement et rapetissement d'objets et d'êtres animés matériels.

 

Transmutation des choses

 

Transformation des métaux ordinaires en métaux Précieux... d'un papier ordinaire en Papier d'une monnaie courante et réelle.

 

Changement de billets de Loterie Perdants en billets ga­

gnants quelle que soit leur valeur.

 

Transport d'objets matériels d'un lieu en un autre lieu quels que soient le poids de ces objets et la distance.

 

Mais le plus grandiose de ces prodiges est à mon point de vue la pluralité des « Personnalités » du DOCTEUR DAHESH et leur miraculeuse puissance.

 

J'ai cité un certain nombre de prodiges qui s'opèrent par l'entremise d'un homme extraordinaire, un libanais. Il doit être considéré comme le miracle du vingtième siècle. Je me bornerai à relater quelques exemples de prodiges, remettant à la fin de la conférence la question des « Person­nalités ». Je dirai ce que j'ai vu et aussi ce que d'autres per­sonnes dignes de foi ont vu en présence de nombreux témoins. Et j'en assure l'exacte vérité.

 

 

I° - GUÉRISONS DE MALADIES

 

Je ne conteste point les brillants succès de la médecine en ce siècle. Mais il est des limites et des obstacles qu'elle ne peut franchir et dont elle doit tenir compte. D'un côté de nom­breuses maladies et difformités sont loin de ses possibilités de- guérison; d'un autre côté la médecine peut guérir de nombreuses maladies, elle ne peut les guérir subitement en l'espace d'un clin d'oeil ou sans aucun remède.

 

Le prodige diffère en ce qu'il guérit brusquement et d'une manière permanente d'un mal réfractaire, incurable à toute médication... je vais vous citer une telle guérison

 

Madame Mariant Mizrahi (femme palestinienne) de Jérusa­lem était atteinte d'une lèpre identifiée avec certitude. De nombreux médecins l'avaient soignée durant un long temps. Mais le mal terrible avait envahi son corps frappant ses doigts, son nez, ses lèvres, ses oreilles, d'où tombaient les chairs. Son aspect était effrayant, désespéré. Elle entendit parler des prodiges du DOCTEUR DAHESH. Elle se ren­dit chez lui en compagnie de son frère. Une séance spiri­tuelle eut lieu. Il s'y trouvait plus de trente personnes, toutes très cultivées, entre autres 5 médecins dont voici les noms :

 

Abdel Ahad, Achi, Abou sleiman, Khabsa, Khoury. Tous confirmèrent la nature de son mal incurable.

 

Durant la séance spirituelle le DOCTEUR DAHESH toucha de sa main le corps de la malade et voici qu'apparut une nouvelle chair et que les creux se remplirent. Chaque mem­bre atteint fut guéri et le corps usé qu'appelait la mort retrouva l'agréable aspect de bonne santé.

 

Des dizaines d'autres guérisons miraculeuses ont eu lieu. Différentes personnes frappées de maladies ou d'infirmité ont été guéries, parmi elles : Elie Maalouf, Ceylani Rahmé,

Suzanne Kombargi, Grace Gabriel, Magda et Zeina Hadad...

et d'autres encore.

 

2° - REPONSES MIRACULEUSES (IMMEDIATES PAR ECRIT)

 

L'ancien ministre Maître Edouard Noun (avocat à Bey­routh), après qu'il eut vu de nombreux miracles palpables, indéniables, voulut ajouter encore à ses connaissances spiri­tuelles. Dans sa propre maison il écrivit 72 questions ayant rapport à l'histoire de l'humanité et à ses origines obscures, puis aussi à des faits concernant l'homme et les religions, faits que la science n'est pas parvenue à expliquer d'une façon définitive. Il écrivit ces questions sur trente grandes feuilles de papier, laissant de l'espace entre une question et l'autre pour qu'il y eut de la place pour les réponses.

 

Il se rendit ensuite à la maison du DOCTEUR DAHESH; il s'y trouvait de nombreuses personnes dont les Hadad, Halim Dammous, les docteurs Abou sleiman, Khabsa, Achi... Tous prirent connaissance des questions compliquées de Maître Noun. Elles furent placées dans une enveloppe et la séance spirituelle commença.

 

Subitement alors le DOCTEUR DAHESH toucha de sa main l'enveloppe qui contenait les papiers en disant : « Les réponses vous sont données ». La stupéfaction fut générale quand on ouvrit l'enveloppe et qu'on vit 72 réponses écrites clairement, (et cela avait eu lieu en un clin d'oeil) sous les 72 questions disposées sur les 30 feuilles de papier. Les docu­ments miraculeux sont toujours en possession du grand avo­cat qui les garde Précieusement.

 

Je connais des dizaines de personnes qui ont vu pour leur propre avantage le miracle des réponses écrites subitement et je suis moi-même dans ce cas.

 

3° - TRANSMUTATION DES CHOSES

 

Des centaines de prodiges ont eu lieu par lesquels se chan­gent la nature et la fonction d'un objet.

 

- Un visiteur apporte de sa maison une assiette de porce­laine. Elle est signée d'une marque connue. Durant la séance spirituelle, elle se transforme en bois, en verre ou en or. La marque dont elle est signée demeure.

 

- L'eau se change en vin.

 

- Le papier se change en pierre. - La pierre en métal précieux.

 

- J'ai bien des fois découpé du papier blanc en feuilles de petites dimensions. J'y écrivais mon nom et quelques phrases.

 

Par l'intermédiaire et la présence du DOCTEUR DAHESH, elles se transformèrent en monnaie libanaise de différentes sommes et mon nom ainsi que les phrases s'y trouvaient comme je les avais écrits de ma main.

 

De telles transformations miraculeuses se sont opérées devant des centaines de personnes dont entre autres le repré­sentant de la revue « La Semaine Arabe », et Mr. Ha fez Kheyrallah représentant du journal le « Jour ». Les deux journalistes photographièrent les étapes du prodige à l'instant ,où elles se réalisaient.

 

Elles furent fixées dans l'image photographique comme elles s'étaient déroulées devant les yeux des personnes présentes.

 

Je relate aussi le changement de billet de la loterie nationale, billet perdant en billet gagnant.

 

Je fus témoin de ce fait. Devant moi un billet perdant fut transformé en billet gagnant 10.000 dix mille livres libanaises. Maître Mohsen Slim précédemment député de Bey­routh et bien d'autres personnes furent témoins de ce prodige.

 

Nombreux sont ceux qui se souviennent du bruit soulevé autour de cette affaire après que fut transformé le billet de loterie perdant en billet gagnant 10.000 Livres Libanaises, en présence dé deux juges Mahmoud Békaï et Mahmoud Neaman; de l'avocat Chafic Sardouk et du Dr. Farid Abou­sleiman. La direction de la société nationale de la loterie dut alors démentir le fait craignant que les gens n'achètent plus de billets de Loterie.

Cependant la direction fut obligée de payer les 10.000 Livres Libanaises lorsque le docteur Farid Abou-sleiman lui pré­senta le billet miraculeux, mais après l'avoir bien examiné et que fut confirmée durant plusieurs jours sa validité.

 

4° - CREER LA VIE – RESSUSCITER LES MORTS

 

Et pourquoi pas du moment qu'un Esprit Divin tout puis­sant accomplit ces choses.

 

- En présence du Cheikh Mounir Taky El Dinn, du journaliste Alexandre Riachi, de Youssef El Hage, Halim Dam­mous, ceci eut lieu peu de temps avant la campagne de persécution qui s'éleva contre le DOCTEUR DAHESH.

 

Le DOCTEUR DAHESH se trouvait devant une cage d'oi­seaux. Un geste de sa main avait suffi pour que les oiseaux tombent morts. Se tournant vers les visiteurs : « Nous agissons de même avec les hommes » dit-il. C'était l'Esprit qui parlait.

Durant l'après-midi de ce même jour, en présence de Maître Noun une séance spirituelle eut lieu.

 

Les personnes présentes demandèrent que l'on rendit la vie aux oiseaux morts.

On rapporta du jardin les cadavres des petits oiseaux. Ils furent déposés dans la cage et le prodige eut lieu et les oiseaux se remirent à chanter.

 

- Voici une toile peinte par Mme Marie Hadad : un oiseau sur un arbre !

 

Le DOCTEUR DAHESH tend la main vers la toile, les couleurs se meuvent, la chair, les plumes se gonflent et forment un oiseau vivant. Il est placé dans une cage où il vivra plusieurs années. Sa place sur la toile est demeurée blanche.

- Le DOCTEUR DAHESH se rendit un jour au magasin

des frères Hajjar (Eliya et Hadi) où se trouvent des jouets et des oiseaux empaillés.

 

Il posa la main sur l'un de ces oiseaux. L'oiseau frémit au contact. Et la vie surgit et le fit mouvoir; il se détacha du support en bois et des clous qui le retenaient. Il était prêt à s'envoler. Il fut placé dans une cage où il vécut durant plu­sieurs mois.

Gloire au Tout Puissant Maître de la vie et de la mort.

 

Combien est insensé l'homme qui s'enivre de la vanité de ses inventions scientifiques.

 

Son orgueil l'aveugle et il renie son Dieu. Qu'est-ce que l'intelligence de l'homme comparée à la toute puissance de l'Esprit.

 

5° - CREATION

 

- Création de choses.

- Création d'un journal plusieurs jours avant sa parution.

 

Re-création d'objets après leur anéantissement.

Ces cas sont identiques vis-à-vis de l'Esprit parce que Celui qui peut créer et qui est Maître de la vie et de la mort peut tout accomplir. Des documents, des effets, des photos ont été brulés devant une nombreuse assistance, puis re-créés en un clin d'oeil.

 

Il m'est arrivé souvent de remplir une feuille de papier de différents écrits. Je la brulai de ma main et j'en gardai les cendres.

Le DOCTEUR DAHESH faisait renaître de ces cendres mêmes les papier que j'avais brûlé. Mes propres écrits s'y trouvaient intégralement. Ceci pouvait m'advenir soit en présence du DOCTEUR DAHESH, soit dans ma maison loin de lui. Le miracle s'accomplit où que l'Esprit se trouve.

 

Parmi les plus extraordinaires d'entre les prodiges et qui provoquent la plus grande admiration, en voici deux gran­dioses qui portent l'homme à s'humilier en rendant gloire

à Dieu

Le premier eut lieu en faveur de Mr. Philippe Hadchiti. Il entra dans la maison du DOCTEUR DAHESH tenant en main un journal : « Le Jour », quotidien français libanais. Tout en le lisant et en en tournant les pages, il inscrivait dans la marge différentes questions qu'il voulait poser durant la séance spirituelle qui lui était promise.

 

La séance eut lieu en présence de nombreuses personnes et le DOCTEUR DAHESH lui demanda : « Mr. Hadchiti, croyez-vous en Dieu ? »

 

En vérité, DOCTEUR 1 répondit-il, je ne crois pas en son existence, et je le disais librement durant mon séjour à Paris

d'où je reviens.

 

Le DOCTEUR lui dit alors : « Que désirez vous pour croire et pour que vous apparaisse votre erreur ? »

 

- Je veux un prodige dit-il.

 

«Regardez donc le journal que vous avez en main», répon­dit le DOCTEUR.

Lorsque Hadchiti jeta un regard sur son journal il poussa un cri de surprise et d'étonnement. Le numéro qu'il tenait portait la date du 28 Novembre et voici qu'il découvre que ce même journal, encore entre ses mains, porte présente­

ment la date-du 3 Décembre, c'est-à-dire qu'il avance de 4 jours sur celui qui doit paraître.

 

Les questions en marge du journal y sont toujours.

 

Après que fut sorti le No. du 3 décembre, Hadchiti le compara au No. qui avait apparu 4 jours plus tôt d'une manière miraculeuse. Il se , trouva lui être identique avec tout ce qu'il, contenait d'événements et de nouvelles locales et mondiales.

 

Ce prodige, contient en lui-même des milliers de prophéties.

 

Philippe Hadchiti en entrant chez le DOCTEUR DAHESH était un athée, il quittait sa maison croyant en un Dieu tout Puissant.

 

- Quand au second miracle il eut lieu en 1943 en présence de maître Noun, du docteur Georges Khabsa, de Mr. et Mme'. Haddad. Le miracle est réellement étrange. Alors que ces personnes étaient réunies pour une séance spirituelle, voici que se dresse soudain devant elles en pleine lumière, une belle jeune fille. La stupéfaction fut générale. Etait ce l'effet d'une hallucination ?

 

r- « Non ! ceci n'est point une illusion », dit alors la jeune fille, ce que vous voyez est réel, je m'appelle Nada, je viens d'un monde matériel, autre que le vôtre ».

 

Les personnes présentes n'en croyaient pas leurs yeux et chacun voulut la -toucher du doigt, et chacun se rendit compte qu'elle était faite de chair et de sang comme les êtres humains.

Elle était vêtue d'une robe point à la mode en cette année de 1943, pas plus que son sac à main.

 

Après 29 années, cette même jeune fille visita le DOCTEUR DAHESH. Elle était maintenant du nombre des habitants de la terre; elle avait le même âge que lorsqu'elle s'était incarnée 29 ans plus tôt, elle était vêtue de la même robe et tenait le même sac à main.

 

Le DOCTEUR DAHESH expliqua la chose aux personnes présentes : « Ce miracle confirme, dit-il, le renouvellement de la, vie et le principe de la réincarnation. Chacun peut renaître sur la terre ou dans l'un des autres mondes suivant le degré de ses mérites. »

Quelques unes parmi les personnes présentes avaient vu cette jeune fille z9 ans plus tôt lors de sa subite réincar­nation.

 

6° - TRANSPORT D'OBJETS

 

Ces prodiges furent le point de départ de la foi chez de nombreuses personnes.

- Le docteur Khabsa avait perdu un petit agenda à Paris 12 ans avant de connaître le DOCTEUR DAHESH. Durant une séance spirituelle l'agenda sa trouva subitement entre ses mains.

 

- Le Docteur Farid Abou-sleiman avait perdu un gant (celui de la main droite). Il avait beaucoup cherché mais ne l'avait pas trouvé. Trois ans plus tard, il fit la connais­sance du DOCTEUR DAHESH qui lui accorda une séance spirituelle. Il eut l'idée d'éprouver la réalité de l'Esprit et de la force spirituelle. Il demanda au DOCTEUR s'il pouvait savoir où se trouvait le gant perdu. Le DOCTEUR lui ré­pondit spontanément : « Il est dans votre main ». Le docteur Farid Abou-sleiman emporta son gant chez lui, il n'en croyait pas ses yeux. Il le compara au gant de la main gau­che. C'était bien le gant perdu; tous deux étaient également usagés. Il le montra à de très nombreuses personnes.

 

Isabelle la femme de maître Edouard Noun avait perdu un crayon à encre en or alors qu'elle se trouvait à Laklouk pour les sports d'hivers. Elle ne connaissait pas encore le DOC­TEUR DAHESH. Elle ne devait faire sa connaissance que quelques années plus tard.

 

Elle était accompagnée de Mme. Fouad El Khoury, frère de l'ancien président libanais Béchara El Khoury. Durant une séance spirituelle, devant plusieurs personnes... sur la de­mande de maître Edouard Noun, le crayon apparut en un clin d'oeil. Ceci fut suffisant pour que Maître Edouard Noun aille trouver le président Béchara El Khoury et lui déclare « Les prodiges du DOCTEUR DAHESH ne sont pas le fait d'une illusion dont seraient victimes les Hadad DAHESHISTEs qui vous sont apparentés. La preuve en est dans l'apparition subite du crayon en or perdu par ma femme quelques années plus tôt ». Renée femme de cheikh Fouad, frère du président, accompagnait alors Isabelle Noun.

 

- Mlle. Odette Karah avait perdu sa montre en Lybie trois années avant de connaître le DOCTEUR DAHESH. La montre lui fut rendue miraculeusement. dans une séance spirituelle.

 

- Mme Fatmé Baltagi l'épouse de Mr. Mahmoud Baltagi (le héros du Champolion) avait perdu une bague en bril­lant d'un prix très élevé. Après avoir épuisé tous les moyens de recherche pour trouver son bijou, elle fit la connaissance du DOCTEUR DAHESH. Une séance spirituelle eut lieu. Parmi les personnes présentes se trouvaient son mari et son fils Ali, Mme. Wafik Zantout, Mrs. Salait et Hassan Baltagi, et le docteur Farid Abou-sleiman. Durant le séance spirituelle le DOCTEUR DAHESH se tournant vers le mari de Mme, Fatmé, Mr. Mahmoud Baltagi, lui dit : « Ouvrez votre main '. Il l'ouvrit. Il lui dit encore : « Fermez votre main ». Il la ferma. Et touchant cette main fermée il ajouta « Ouvrez-la maintenant ».

 

Tout le monde alors s'exclama. L'émotion était à son comble, car la bague perdue se trouvait dans la main de Mahmoud Baltagi.

 

- L'orientaliste anglais Daniel Oliver directeur de l'école des « Friends » à Rass El Metn, assista à une séance spiri­tuelle le 10 juin 1944. Il s'y trouvait des dizaines de témoins dont Cheikh Mounir Oseirane, les docteurs Tawfik Rizk, Antoine Gédéon, Georges Khabsa, Farid Abou-sleiman, Négib Achi, Chahine Saliby, Mme Rose Saliby, Maître Edouard Noun, Mr. Nasser Rizk secrétaire dû consulat d'Irak à Beyrouth, Boulos Francis, Amine Nemr, Charif El Beydaoui (Commissaire de la Police), Georges Najjar, Tanios Majdalani... et plusieurs autres dames et messieurs.

 

Durant la séance spirituelle le DOCTEUR DAHESH s'ad­ressant à tous d'une façon générale dit : « si quelqu'un désire quelque chose, qu'il le demande ».

 

Daniel Oliver dit alors : « Il y a actuellement une guerre mondiale, les secours monétaires qui m'étaient envoyés d'Amérique au profit de l'orphelinat ne me parviennent plus depuis plus de deux ans, par suite des circonstances actuelles et des dangers en cours de route. Je demande une aide spiri­tuelle pour que me soit remis le montant de la somme qui se trouve en Amérique au Bureau de la Société, afin que je puisse subvenir aux besoins de mon école et des orphelins.

 

Oliver n'avait pas encore achevé ces paroles que le DOCTEUR DAHESH lui dit : « Mettez la main dans n'importe laquelle de vos 4 poches et vous y trouverez ce que vous demandez ».

Oliver retira donc de ses quatres poches la somme de 23.000 livres libanaises.

 

L'orientaliste anglais ne croyait pas du tout en l'existence de l'Esprit. Il quitta le DOCTEUR DAHESH croyant en Dieu, en l'Esprit et en la mission DAHESHISTE.

 

 

- En compagnie dû docteur Khabsa, de Youssef El Hage, de Halim Dammous, le DOCTEUR 'DAHESH se rendit un jour à la forêt de Chbaniyé où Youssef El Hage possédait un terrain. Tout le monde s'assit sûr un rocher y goûtant le plaisir d'une agréable causerie. Et Dammous inscrivit sûr le rocher les vers que voici

 

Nous nous sommes assis sûr un rocher à l'ombre d'une forêt. Nous avons bu l'eau fraîche et suave à la joie de sa présence. J'ai dit à mes amis, alors que le Bien Aimé était à mes côtés: « Sûr le roc de la foi nous édifierons notre espérance »

 

Après qu'ils furent revenus à la demeure dû DOCTEUR DAHESH, les trois compagnons lui dirent : « Il serait bien agréable de nous asseoir de nouveau avec vous sûr le rocher».

 

Il répondit : « Qui nous en empêcherait puisque tel est votre désir ». Ils répliquèrent : « comment cela se ferait-il ? la forêt se trouve à Chbaniyé et nous sommes à Beyrouth ! '

 

« Regardez dans la chambre dû côté dû plafond », leur dit il.

 

Ils regardèrent et virent alors un objet volumineux se balançant dans sa descente avec une lenteur voulue comme s'il était un morceau de tissu dans l'air.

 

A peine était-il posé sûr le parquet de la chambre, que cha­cun voulut le toucher. Il était dur et lourd. Il ne pouvait être bougé.

Après qu'ils l'eurent examiné et qu'ils eurent trouvé les lignes de vers de Dammous, ils furent assurés que c'était le même rocher sur lequel ils s'étaient assis.

 

Ils rendirent gloire à. Dieu et comprirent la parole de jésus Christ » : « Si votre foi était aussi grande qu'un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne Ôte-toi de là et elle se déplacerait, et vous ne trouveriez rien de difficile » (Mat. 17:19).

 

Le rocher demeura longtemps dans la maison du DOC­TEUR DAHESH exposé aux regards des visiteurs. Il fut plus tard enlevé par des ouvriers.

 

- Lors delà campagne de persécution contre le DOCTEUR DAHESH Sabri Bey Hamadé président libanais de la cham­bre des députés vint un jour le visiter pour voir par lui-­même si lés prodiges du DOCTEUR DAHESH dont on parlait alors tellement en ville étaient réels.

 

Un séance spirituelle eut lieu.

 

Il s'y trouvait plus de 30 témoins, dont quelques députés Adib Ferzli, Wadih Shoucair, Mohammad Bey El Abboud, Bahig Bey El Khatib (ex-président de la Syrie), Philippe Andraos, Khalil Bey Maatouk, Georges Najjar, Cheikh Hassan El Mekki (l'un des ulémas de la Mosquée de Al Azhar), Mme Gwinn femme du précédent consul d'Améri­que.., et d'autres messieurs, et dames.

 

Se tournant vers Sabri Bey Hamadé, le DOCTEUR DAHESH lui demanda ce qu'il désirait. Sabri Bey désirait que lui fut donné l'objet auquel il pensait; il ne voulait pas en dire plus long.

 

Le DOCTEUR DAHESH lui répondit : « je sais parfaite­ment quel est l'objet de votre pensée; voulez-vous qu'il vous soit donné dans son entier ? Si vous dites oui, il vous sera remis immédiatement A. Sabri Bey répondit : « Non je ne le veux point en entier. Mais seulement une petite partie comme preuve palpable ».

 

- « Ouvrez votre main », lui dit le DOCTEUR. Il l'ouvrit.

 

- Il lui dit encore : « fermez votre main ». Il le fit. Puis il l'ouvrit une seconde fois; il y trouva 5 Dinars en or Ottoman d'une date ancienne.

 

Dans le plus profond étonnement, les, personnes présentes lui demandèrent : à quoi il avait pensé ? J'ai pensé, leur répond-il, à des boites en fer blanc qui avaient été cachées dans nos terres au temps de la aère guerre mondiale et qui sont comme je l'avais compris, pleines de dinars en or. Mais on ignore entièrement le lieu de leur emplacement.

 

Et lorsque l'une des personnes présentes lui dit : «pourquoi n'avez-vous pas demandé que tout l'or vous soit remis ? ». Sabri Bey répondit : « Par crainte qu'il ne fut réparti entre tous et que je n'eusse des associés dans cette affaire ». Il conserva jalousement les pièces d'or.

 

PROPHETIE

 

Cliché d'une prophétie écrite de la main du DOCTEUR DAHESH qui fut livrée par lui, longtemps avant les élections législatives libanaises, à Mr. Béchir Osman annonçant à ce dernier son succès à ces élections par 11856 voix.

 

Au haut de la prophétie il est cité « Au nom de Dieu et du Prophète Bien-Aimé ». Au milieu figure l'étoile DAHESHISTE. En bas, il y a la phrase « Qu'il soit permis que vienne une aide spirituelle pour que triomphe le frère bien-aimé Béchir Osman. Et comme il triomphera, il aura 11856 voix d'électeurs, et ceci, par le facteur d'une aide spirituelle avec la per­mission de Dieu ».

 

Des deux côtés de la prophétie sont écrits le nom du DOCTEUR DAHESH, la date du 29 février 1964, et l'heure qui était 4.30 p.m, ainsi que la phrase : « Au nom de Dieu que soit agréée (cette prière).

  

II


CAUSES DE LA MANIFESTATION DE LA MISSION
DAHESHISTE

 

L'histoire humaine depuis ses origines n'a point enregistré des, troubles aussi graves, des calamités aussi grandes, une vie aussi cruelle et désespérée que celle qu'endurent les hom­mes de ce 20ème siècle.

 

Ils sont torturés par les difficultés de l'existence, l'incertitude des lendemains, la perte d'un ordre psychique harmonieux. Le grand nombre de doctrines et d'opinions philosophiques leur sont objets de perturbation et de contradiction. Ils sont désemparés par l'absence d'une valeur morale qui suscite dans la vie l'Espérance, la Consolation et la Force.

 

Les partis et les sectes poursuivent désespérément des voies opposées pour le salut et la formation d'un état paisible et sage.

 

Le monde est troublé par la concurrence de tous les pays en vue de prêcher la paix, alors que dans le même temps ils provoquent des guerres et fomentent des inimitiés. De plus se dresse la crainte des peuples faibles en face des ambitions illimitées des forts, d'où résulte une verte de confiance réci­proque. Car une grande émulation règne parmi les nations. Elles s'efforcent de perfectionner les armes de guerre et de se les approprier à l'approche du fantôme d'une guerre ato­mique qui anéantira la vie et la civilisation.

 

Et dans tout cela la science est devenue un instrument con­sacré aux passions de l'âme et aux forces du mal. L e rôle de la raison s'est restreint au point de céder sa place à la folie.

Cette inquiétude tragique, ce déchirement psychique n'au­raient pas pu envahir le monde du 2ème siècle, si l'homme ne s'était affaibli spirituellement jusqu'à devenir le captif du Mal.

 

Les hommes ont été attirés vers de faux idéaux qu'ils se créérent à eux-mêmes à partir de valeurs matérielles qu'ils ont prises pour la grande vérité consolatrice.

 

Et voici qu'elle n'est qu'un mirage devant lequel se sont arrê­tés des yeux leurrés et des esprits affaiblis par les troubles de l'âme. Ils se trouvent dans l'impossibilité de jouir d'une vision claire et précise. Alors sont apparues de funestes con­séquences. Jour après jour se poursuivit l'effritement de leurs anciennes espérances pour édifier un monde où régne­raient la paix, la justice, l'amour, la vertu et le bonheur.

 

La condition dramatique qui était devenue le sort de l'homme ne lui aurait point été infligée s'il ne l'avait choisie de son plein gré.

 

Il a préféré suivre le chemin de la sensualité qui assouvit ses vils instincts et ses tendances bestiales, individuelles, tout en favorisant ses inclinations sociales, agressives, car elles lui offrent une satisfaction physique immédiate, une gloire mondaine attrayante quoique éphémère.

 

Il a dévié du chemin spirituel qui seul dans son cours ascen­sionnel peut réaliser le perfectionnement de l'homme, son élévation réelle, la rectitude des institutions. Cela grâce à la domination des tendances humanitaires sur les mauvais penchants dans l'individu et la société. A cause de son effon­drement spirituel l'homme s'est détourné du bien. Il a pré­féré une civilisation matérialiste, bruyante, et superficielle, offrant le plaisir à ses sens et les afflictions à son âme, plutôt qu'une culture spirituelle, sereine et profonde, transformant ce qui est vil dans sa personne en ce qui est noble; ce qui est superflu en ce qui est essentiel et le submergeant d'une paix et d'un bonheur constants.

 

Les hommes se sont laissés tenter. Ils se sont écartés de la foi véritable, immuable qui confirme l'existence de l'Esprit et son immortalité. Cette désertion a provoqué leur ache­minement vers la fausse voie. L'écrasante majorité des gens est actuellement plongée dans le doute ou l'athéisme.

 

Cet état d'âme angoissé, influencé par le matérialisme dans la conception, dans le jugement, dans le comportement, joint à l'ambiance d'un esprit scientifique, positif, expérimental, a poussé tout le monde à réclamer consciemment ou incons­ciemment une affirmation positive et non théorique de l'exis­tence de l'Esprit.

 

On réclame une affirmation scientifique qui apaise l'angoisse chez l'homme, verse un baume sur ses blessures saignantes, allume en son âme l'espérance du salut. Elle doit éliminer les doutes suscités par les inventions et les découvertes qui l'ont ébloui et aveuglé.

 

Enfin une affirmation qui soit au niveau du siècle et à sa mesure.

Les doctrines philosophiques ne pouvaient pas offrir cette affirmation positive, étant l'oeuvre de diverses édifications mentales et théoriques dont chacune est basée sur un fonde­ment qu'approuvent les uns et désapprouvent les autres.

 

Ainsi les sectes religieuses actuelles ne pouvaient non plus la proposer puisque tous leurs arguments sont théoriques.

 

Les sciences connues elles-mêmes ne pouvaient non plus avancer cette affirmation positive puisque l'Esprit ne peut­être saisi par une mesure quelconque ni soumis à la volonté humaine; et puisque les instruments scientifiques n'ont pas d'empire sur l'immatérialité de l'Esprit.

 

En face de cette incapacité générale et de la nécessité impé­rieuse de la foi pour sauver les âmes, il appartenait à l'Es­prit lui-même omnipotent et source de toute sagesse de se présenter et d'affirmer son existence aux hommes avec la permission et la miséricorde de Dieu.

 

Et voici que l'Esprit descend des divines hauteurs vers un homme du Liban. Il doit combler le vide des âmes par l'af­firmation (la certitude) de la grande vérité de son existence. Il doit éclairer la conscience des incroyants. Il doit consoler le coeur des humbles.

L'homme ne peut constater l'existence du vent alors qu'il ne le voit pas, n'était l'agitation qu'il provoque dans les branches et dans les alentours; n'étaient ces coups de vent sur le visage.

 

L'homme n'aurait pas pu affirmer l'existence de l'intelli­gence n'étaient les oeuvres de cette intelligence. Il n'est pas dans le pouvoir de l'homme de la voir. Cependant il ne doute pas de son existence. Car les oeuvres intellectuelles qui en découlent en sont un témoignage certain.

 

Ainsi l'homme ne peut constater l'existence évidente de l'Esprit n'étaient ses effets surnaturels qui en sont les témoi­gnages incontestables.

 

Les sciences oeuvres par excellence de l'intelligence ne sont dans leurs cours progressifs qu'un simple essai, pour enrichir les découvertes des lois naturelles qui expriment seulement quelques traits de la Vérité divine, éternelle. Pourtant les sciences demeurent une preuve suffisante de la puissance de la raison et un motif qui porte à lui rendre hommage.

 

Les prodiges de l'Esprit surpassent de loin les possibilités de l'intelligence humaine qui se tient, devant Lui, tel un nain débile inefficace. Ils raillent toutes ses conceptions, toutes ses réalisations, toutes ses expériences. Ces prodiges ne seraient-ils pas, une preuve suffisante de la grandeur de l'Esprit, de son omnipotence et de sa force surnaturelle ?

 

Une force limitée par les dimensions de la matière et sou­mise à ses lois est très éloignée d'une force qui surpasse les lois de la matière et les conditions de l'Espace-Temps.

 

Il y a loin entre une lanterne d'une lueur mourante qui représente la raison et un soleil éclatant qui représente l'Esprit.

 

L'intelligence humaine impuissante et inférieure revendique une supériorité impossible et proclame son incroyance, se mettant dans une situation critique vis-à-vis de la supréma­tie de l'Esprit. L'intelligence humaine doit réaliser ce que réalise l'Esprit en prodiges de toutes sortes, ou s'incliner devant le Messager du Dieu tout-puissant.

 

Lorsque nous nous serons assurés de l'exis ence de l'Esprit, de sa présence universelle au-delà des dimensions et des forces humaines, l'homme verra toutes choses d'un autre point de vue.

 

Sa condition se transformera, ses raisonnements, ses estima­tions, ses jugements auront une autre portée.

 

Ses diverses activités qui dérivent d'une force matérielle, fictive, éphémère, dériveront désormais d'une force spiri­tuelle d'une dimension éternelle.

Il lui sera facile alors de réaliser qu'au delà du visible et du sensible existe l'Invisible; qu'au delà de ce qui tombe sous les sens se trouve Ce que les sens ne peuvent percevoir; cet Invisible que les sens ne peuvent atteindre, signifie une Puis­sance divine et juste qui accorde à tous ce qui leur est dû en fait de vérité, de châtiment, de rétribution et de misé­ricorde.

En conclusion l'homme. prendra en considération ce qui l'attend au-delà de la tombe : Il a pu établir la liaison entre sa condition future et sa condition actuelle. Il a pu également établir l'édification de sa vie future sur les bases précédentes de son passé.

 

Le Créateur lui apparait alors comme étant la source unique et suprême de la force spirituelle, le but final de l'évolution des mondes, de leur acheminement vers la perfection.

 

L'homme sera poussé par une suggestion spirituelle qui orientera ses actes, ses pensées, dans une direction qui lui guarantira un perfectionnement réel, un salut certain pour tous et chacun.

 

III


L'UNITE DE RELIGION EST UNE CONSEQUENCE
NECESSAIRE DE LA FOI DANS LES PRODIGES
DE L'ESPRIT

 

L'Esprit du Dieu unique est celui-là même qui a inspiré la loi au Prophète Moïse. Par l'Esprit le Christ justifia cette loi et confirma ce qui l'avait précédé : « Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophéties. Je ne suis pas venu pour abolir mais pour accomplir ». (Mat 5:17).

 

C'est Lui qui a inspiré le Coran « déclarant véridiques les messages antérieurs » (Sourate III : La Famille de Imran 3).

 

Le Christ a imposé la foi en Moïse comme étant la voie de la foi en Lui-même. Il a dit : « si vous aviez la foi en Moïse vous auriez foi en moi parce qu'il a écrit à mon sujet. Si vous ne croyez pas en ses écrits, comment croiriez-vous en mes paroles » (Jean 5:46/47)

 

Le Coran a également imposé aux croyants la foi dans tous les prophètes sans les différencier : « Ceux qui ne croient pas en Dieu et ses Envoyés, qui veulent' faire une distinc­tion entre Dieu et ses Envoyés, et qui disent « nous croyons dans les uns et point dans les autres » ; ceux qui veulent prendre un chemin intermédiaire entre la foi et l'incrédulité, ceux-là sont, en réalité des infidèles. Or nous avons préparé pour les infidèles un tourment humiliant. Ceux qui au con­traire croient en Dieu et en ses Envoyés, sans faire de dis­tinction entre aucun de ses Envoyés, à ceux-là Dieu donnera leur rétribution » (Sourate IV : Les Femmes 150-152).

 

Cette unité religieuse spirituelle, les hommes l'ont oubliée ou bien ils en ont simulé l'oubli.

 

Avec leurs propres mains, ils ont tissé le bandeau qui couvre leurs yeux, et dont les fils sont les convoitises terrestres et les intérêts matériels, individuels et confessionnels.

 

Et voici que le seul et même Dieu, ils se le disputent et en font de multiples divinités. Et voici que la religion d'un Esprit unique, ils la déchirent en de nombreuses sectes qui se battent entre elles.

 

il y avait là un prétexte suffisant pour que s'agitent diffé­rents groupes s'occupant de problèmes nationaux et sociaux. Lorsqu'ils désespérèrent de recouvrer l'Unité spirituelle et l'essentiel d'une religion basée sur l'amour et la vertu, ils sollicitèrent l'aide de leurs concitoyens pour supprimer l'al­liance religieuse, la remplaçant par une alliance nationale. ils projetaient de renoncer définitivement à la foi religieuse en faveur de l'incroyance.

 

Non, ni l'abandon de la religion ni l'athéisme ne tranchent nos difficultés. il est impossible que nous n'adorions pas une divinité, car la religion est inhérente à l'âme... elle fait partie de son essence. Bannis-la de ton réveil, elle apparaîtra dans ton sommeil. Car la religion est un besoin psychique fondamental.

 

S'il n'est point satisfait, il provoquera dans l'homme l'inquié­tude et le déséquilibre. C'est une vérité affirmée par de grands psychologues. Tels Carl Jung, Wilfried Daim, Stocker...

 

D'ailleurs ceux qui prétendent vivre sans lé culte d'une divi­nité se leurrent. ils vivent en fait dans l'imagination parce qu'ils n'ont pas expulsé de leurs âmes la réelle existence d'une divinité, mais ils l'ont plutôt masquée et métamorphosée.

 

Au lieu d'un Dieu parfait, Dieu de l'amour, de la justice, de la vérité, Dieu éternel, créateur et organisateur de l'univers, origine des créatures et leur fin, les hommes ont érigé pour leur usage et leurs besoins de fausses et imparfaites divini­tés qu'ils adorent en repoussant le vrai Dieu.

 

L'Etat, la Nation, les Partis, la Terre, la Nature, la Vie sont leurs idoles. ils ont édifié un temple à leurs passions et à leurs convoitises. Ceux-là tous vivent dans la supercherie et le mensonge, car ils ont remplacé l'Absolu par le relatif, l'Entier par le partiel, le Nécessaire par ce qui est superflu, le Vrai par le faux, Ce qui est immuable, Eternel par ce qui est înstable, éphémère.

 

C'est pour cela que leur perspective des réalités sera fausse, que leurs mesures de valeurs seront erronées, car elles su­bissent l'effet d'un faux idéal qui les régît.

 

Le fait de mettre la religion en marge de la vie, de l'envisa­ger avec indifférence, de lui accorder une importance secon­daire, tout ceci conduit progressivement à l'athéisme, para­lyse l'âme et la dépouille de sa vigueur.

 

Nombreux sont ceux dont la foi est tiède. Le Christ n'a-t-îl pas dît : « Je connais tes oeuvres. Je sais que tu n'es ni froid ni bouillant. Puisse-tu être froid ou bouillant. Mais parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid ni bouillant je te vomi­rai de. ma bouche ». (Ap. 3:15/16).

 

« Quelle serait donc la solution ? » disent les exaltés, quant aux problèmes nationaux et sociaux . « Laisserons-nous le fanatisme confessionnel diviser les citoyens, et chacun d'entre eux revendiquer l'exclusivité de Dieu et du ciel jus­qu'à ce que nous perdions et la religion et la terre ? »

 

La solution Dieu l'a donnée et s'il ne l'avait point donnée, il appartiendrait aux plus intelligents et aux purs de la don­ner. C'est le retour aux fondements de la foi authentique, dans l'unité des religions, et dans l'essentiel de ses enseigne­ments par l'intermédiaire d'une nouvelle mission spirituelle étayée sur des miracles et arrêtée par Dieu pour ce monde perdu dans ses égarements.

 

L'Esprit Divin qui réalise les prodiges par l'intermédiaire du DOCTEUR DAHESH descend de Ses Hauteurs et ac­complit les miracles au nom de Dieu et du Christ; au nom de Dieu et de Mahomet, au nom de Dieu et de Moïse, ou de Bouddha, car tous les prophètes sont les doigts de la miséri­corde divine qui étend son bras sur cette terre misérable.

 

Face à l'Esprit divin et aux miracles, les hommes sentent qu'ils sont tous frères. Noirs et blancs, pauvres et riches, d'une humble ou d'une haute condition, Chrétiens, Musul­mans, juifs ou Bouddhistes.

 

Le chrétien s'attachera davantage aux enseignements spirituels selon les évangiles. Le Musulman aux préceptes du Coran. Le Juif aux lois de la Thora et tous auront la certitude que l'Esprit qui a inspiré leurs différents prophètes n'est qu'un seul et même Esprit. ils comprendront alors que ce qui les sépare n'est point le bien mais le mal.

 

Le retour à Dieu s'effectuera sur le pont d'une foi forte et sereine qui ne sera pas un opium pour les peuples. Une foi basée sur une vie spirituelle pratique et non seulement théo­rique, où la vertu s'étend sur les actes, les paroles, et les pensées, où règne la solidarité, l'amour, la fraternité et la justice sociale.

 

Et si les hommes se détournent alors du mal, ce ne sera point par crainte des lois humaines, mais par le mobile d'une élévation de l'âme dépouillée des superstitions, de rites, et de formalité confessionnels inventés par les hommes; d'où résultent les obstacles et les inimitiés réciproques.

 

Et si quelques uns protestent disant : « nous avons admis la

nécessité de l'union des religions, mais comment mettre d'accord les contradictions dans la foi ? »

 

Voici ma réponse : La mission Dahèshiste a offert une solu­tion à chaque problème. Elle ne l'a point inventée de son propre chef mais elle lui a été révélée par l'Esprit divin.

 

Je vais exposer une seule affaire qui offre un problème con­tradictoire entre chrétiens et musulmans à propos de la cru­cifixion. Les évangiles disent le Christ à été crucifié. Le Coran dit : « ils ne l'ont point crucifié, mais une personna­lité identique (au christ) lui fut substituée sous leurs yeux » (Sourate iV : Les femmes 157).

 

Lequel des deux livres s'exprime-t-il selon la vérité ? En principe tous les deux ont raison. Cependant dans ce cas la vérité ne peut-être élucidée que: par l'entremise du DAHESHisme et par des preuves matérielles palpables

 

J'avance avec certitude de même que de nombreux témoins que le DOCTEUR DAHESH possède 6 Personnalités à part sa personne humaine.

 

Ces Personnalités sont des fluides, c'est-à-dire des énergies spirituelles qui en sont les prolongement. Elles se trouvent dans différents mondes célestes.' Avec la permission de Dieu il leur est possible de s'incarner en vue de missions spiri­tuelles. Elles prennent alors la forme et les traits du DOC­TEUR DAHESH devenant. ainsi identiques à lui-même. il est alors possible aux personnes présentes de leur tenir compagnie, de converser, de manger avec elles, de les tou­cher. Mais il n'est possible de les distinguer du DOCTEUR que lorsqu'elles sont vêtues différemment à condition que l'on sache comment était vêtu le DOCTEUR DAHESH.

 

Ces Personnalités apparaissent parfois subitement et disparaissent de même, alors que nous sommes 'en train de `les regarder, ou bien de leur parler.

 

Il se peut que deux ou plusieurs Personnalités et jusqu'à six se réunissent dans le même lieu. Elles peuvent s'incarner en un même instant quel que soit le lieu de leur séjour.

 

Il est évident pour moi et pour plusieurs personnes qui en furent témoins que les Personnalités n'obéissent absolument pas aux lois de la terre. Elles traversent indifféremment les obstacles, les murs se déplaçant d'un lieu à l'autre, avec la rapidité de l'éclair qui, brillant en Orient, illumine l'Occi­dent. Elles s'élèvent dans l'air et se raillent de la pesanteur. Elles marchent sur les eaux; elles alourdissent leur poids ou l'allègent jusqu'à l'anéantir.

 

Bref elles sont capables avec la permission de Dieu, de réaliser tout ce que réalise l'Esprit en fait de miracles.

 

En 1947 à Azerbaïdjan, région de l'Iran, un prodige fut accompli par l'une des Personnalités. Elle avait été arrêtée, fusillée et enterrée dans la région même.

 

Les journaux du Liban et de tout le monde arabe avaient alors annoncé la mort du DOCTEUR DAHESH et publié les photos de son exécution. En ce même temps le DOCTEUR DAHESH se trouvait parmi ses disciples à Beyrouth et y poursuivait l'enseignement de la Vérité.

 

La Personnalité tuée à Azerbaïdjan ressuscita, car la mort n'a point de pouvoir sur elle. Elle n'obéit point aux lois de la Terre parce qu'elle n'est pas de la terre.

 

Je pourrai mentionner des faits et des événements détaillés au sujet de l'apparition et de la disparition des Personnalités et de quoi emplir un grand volume. Mais je me contente de citer quelques noms de ceux qui, comme moi, ont été té­moins de leur incarnation

 

Maître Édouard Noun et sa femme, les médecins Chahine Saliby, Georges Khabsa, 'Farid Abou-sleiman, Néguib El Achi, les messieurs Georges Hadad, Boulos Francis, Nicolas Daher, Emile Kassatly, Amine Nemr, les dames Marie Hadad, Zeina Hadad, Nadia Gabriel, Victoria Slim et quel­ques autres.

 

L'Évangile en affirmant la crucifixion du Christ entend par là la crucifixion de l'une de ses Personnalités.

 

Mais les Évangiles pour une raison spirituelle que nous igno­rons n'ont pas éclairci le fait. Ils se sont contentés de signa­ler que le Christ après la crucifixion ressuscita d'entre les morts, qu'il apparaissait et disparaissait devant ses disciples.

 

Quant au Coran en assurant la non-crucifixion de jésus (fils de Marie personne humaine), il explique que celui qui a été crucifié est identique au Christ. Cet être ne peut-être que l'une de ses Personnalités.

 

Le DAHESHISME démontre, comme vous le voyez, l'unité de l'Islam avec le Christianisme et l'unité des révélations anté­rieures et postérieures non par des théories et des points de vue contradictoires mais avec des preuves palpables.

Il a été matériellement prouvé par des milliers de témoins émerveillés que le DOCTEUR DAHESH a stupéfié les savants, et les théologiens durant un demi siècle par ses mi­racles en tous genres.

 

Malgré les tempêtes de doute et de jalousie soulevées autour de lui par des individus intéressés, malgré les dures attaques de chantage déclenchées par certains journaux et malgré certaines tentatives désespérées qui ont été faites pour déna­turer ses miracles et le taxer d'illusionnisme... tous ces im­posteurs, quoique nombreux et puissants ont perdu.

 

La vérité du DOCTEUR DAHESH demeure immuable et rayonnante; elle confond les orgueilleux. Elle appelle tout le monde à la cause de l'Esprit réel, indéniable. Elle convie les justes à propager la foi en Dieu, à détourner les hommes de l'incroyance.

 

Sur cette base je considère l'étude de ses enseignements et de ses prodiges comme une affaire urgente et nécessaire. Car lui seul peut redresser les conceptions erronées des hommes et les ramener au bien et à la justice.

 

Aucune force ne peut semer l'espoir dans le désert de la vie comme Celle qui se manifeste par son entremise, à la condi­tion que les esprits se dirigent vaillamment vers cette Force avec la ferme volonté d'assurer chacun son salut, de renier les intérêts confessionnels et les superstitions traditionnelles.

 

Il appartient aux fidèles clairvoyants de préparer la voie devant Lui. Car un demi siècle d'expérience est suffisant pour qu'il soit possible de divulguer son oeuvre, et de prou­ver qu'elle n'est ni mensonges, ni tricheries, mais conforme à la justice et à la vérité.

 

Malheur à celui qui paralyse sa voie et entache sa pureté, car le fardeau qui sera suspendu autour de son cou par les générations futures sera plus lourd que la meule du moulin.

L'histoire ne relate pas que la vérité fut issue une seule fois du grand nombre d'adeptes. Les certitudes scientifiques ont toujours été annoncées par des hommes de science peu nombreux, à un public déjà averti, qui pourtant les refusait.

 

Rappelez-vous Socrate, Galilée, et Vanini.

 

Quant aux vérités spirituelles, elles ont été prêchées par quelques individus à une humanité égarée qui leur a résisté et les a persécutés. Rappelez-vous tous les Prophètes et les Envoyés.

Les Guides ou Messagers si peu nombreux parmi la majorité des hommes sont traités de fous par ces derniers.

 

Cependant ces Fous édifient les civilisations, ils poussent l'homme vers le chemin du progrès et la conquête de l'immortalité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Developed by WARM Studios        Copyright 2017 This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.nfo All Right Reseved This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.